Les Syriens aussi veulent leur 14 juillet

Lettre ouverte de la Coalition au Peuple français

Des enfants lèvent le V de victoire à Douma

Des enfants lèvent le V de victoire à Douma

Les citoyens français se sont unis cette semaine pour célébrer leur Révolution. Face à l’oppression d’un régime sans partage, fondé sur les inégalités et la confiscation du pouvoir, le mouvement populaire français de 1789 fut sans égal. Mais les manifestations pacifiques d’un peuple exsangue ne suffirent pas. L’appel à prendre les armes, à la Bastille, vous apparut évident, et il l’était, motivé par la croyance fondamentale que les hommes naissent tous libres et égaux, et qu’il leur appartient de décider qui les dirige. Cette conviction a été payée au prix fort par votre nation.

Les guerres révolutionnaires, contre les forces d’un pouvoir autocratique honni puis contre ses soutiens de l’étranger venus le maintenir en place, ont ravagé une grande partie de la France, coûtant la vie à des dizaines de milliers de citoyens. Les français étaient prêts à payer ce prix du sang, et personne ne peut aujourd’hui contester le fait que la France et le monde aient bénéficié de ce sacrifice ultime, le sang de la nation versé pour la liberté.

Depuis plus de deux ans, le peuple syrien, lui aussi, a commencé  sa révolution. Car depuis près de cinquante ans, notre pays est pris en otage par un régime de surveillance, de répression et de corruption, qui n’a pour seul intérêt de servir les siens. Depuis plus de deux ans, notre peuple a souffert les mêmes horreurs que le vôtre, les mêmes combats, les mêmes excès, les pleurs et les joies, le sang, les larmes, mais encore, surtout et toujours : l’espoir. L’espoir de voir un jour s’ériger une démocratie respectueuse de tous, fondée sur l’état de droit et les libertés individuelles.

Forcés de vivre dans un état perpétuel de peur, d’intimidation et d’injustice, la vaste majorité des Syriens étaient jusqu’alors réduits au silence, la parole politique interdite, les médias muselés, la liberté foulée au pied jour après jour par un régime ne reculant ni devant l’arbitraire, ni la torture, ni les massacres d’opposants, ni même les bombardements de zones civiles.

En mars 2011, les Syriens se sont soulevés pour protester pacifiquement et demander des réformes politiques qui transformeraient ce système de répression automatique et aveugle en un système politique démocratique en Syrie. Dans les villes d’Homs, de Damas ou de Banyas, le peuple syrien a manifesté son opposition à des décennies d’autoritarisme. Ce qui a commencé comme des actes isolés de résistance civique s’est rapidement développé en un mouvement national puissant et irrépressible, avec des centaines de milliers de personnes dans les rues appelant de leurs vœux et de toute leur voix une Syrie libre et démocratique.

Si avec les révolutions arabes, dit-on, la parole s’est libérée, alors la Syrie constitue certainement le plus bel exemple de cette libération.

Mais l’unique réponse du régime aux appels pacifiques à des élections libres fut la violence. La police syrienne a ouvert le feu sur les manifestants civils, hommes, femmes et enfants de tous âges. Mais cela n’a pas suffit à réduire notre volonté, car la volonté du peuple grandit toujours face à un arbitraire meurtrier. Le régime de Damas a alors lancé ses soldats pour écraser nos manifestations. Ils ont tué des dizaines, des centaines et finalement des dizaines de milliers de contestataires. Réduire au silence tout dissident, voici quel a été l’objectif principal de ce sanglant régime, depuis désormais près de cinq décennies.

Confrontés aux atrocités du régime, nous, Syriens, avons dû faire face à une décision difficile. Nous nous sommes demandé s’il fallait se résigner à subir la dictature en espérant un changement, si ce n’était sous Hafez el Assad, si ce n’est sous son fils Bachar, peut-être sous Assad III ou Assad IV. Espoir ténu et incertain. L’autre possibilité était de se lever, de se tenir droit, fiers de notre liberté, et d’exercer notre droit légitime en nous défendant, même si cela signifiait parfois prendre les armes, contraints et forcés, pour ériger nos libertés fondamentales, comme un jour, aussi, le fit le fier peuple de France.

 Comme vous, nous avons choisi de tenir bon. Nous avons formé l’Armée syrienne libre (ASL), notre Garde nationale à nous, pour mettre un terme à la dictature et édifier une Syrie démocratique, pluraliste et pacifiée.

Malgré la supériorité militaire du régime, auquel les soutiens étrangers fournissent jour après jour les moyens de tuer son peuple, l’ASL, même sous-armée, n’a cessé de faire courageusement front, soutenue par un grand attachement populaire.

Dans les zones qu’elle a fièrement libérées, l’ASL a été capable d’instaurer la stabilité, la loi et l’ordre. Mieux, fin juillet 2012, tous les commandants de l’ASL ont signé une déclaration de principe qui soutient la démocratie, les pleins droits pour les minorités, rejette le terrorisme et les exécutions punitives. Le mois suivant, dans le gouvernorat d’Alep, l’ASL transférait officiellement ses pouvoirs à un Conseil révolutionnaire civil.

Le Conseil s’est mis immédiatement au travail en fournissant les services nécessaires à la population locale. Il a ouvert une école, a rétabli les réseaux électriques, et installé des hôpitaux. Le Conseil a aussi fondé des tribunaux laïques basés sur les codes de la Ligue arabe et créé une force de police civile pour assurer la sécurité publique.

 Un Syrien qui avait parcouru des dizaines de kilomètres pour aller élire ses représentants au Conseil affirma que les élections représentaient « un nouvel espoir au milieu de toutes ces destructions, de tous ces meurtres ». « Nous obtiendrons notre liberté », avait-il conclu.

Aujourd’hui, notre expérience de la démocratie est en grand danger. Les forces du régime préparent en ce moment une offensive massive pour reprendre la province libérée d’Alep, forces d’autant plus puissantes qu’elles sont soutenues par le Hezbollah venu du Liban et entraîné par les Gardes Révolutionnaires iraniens. Si Alep tombait, comme ce fut le cas de Qousseir il y a peu, les coûts humains seraient catastrophiques et l’espoir d’établir une démocratie en Syrie connaîtrait alors une fin terrible.

La France et d’autres pays européens ont récemment levé leur embargo sur les armes pour l’opposition. Nous espérons que la France, pays ami de la Syrie libre et démocratique pour laquelle nous luttons, saisira cette occasion pour fournir enfin un support réel et non seulement rhétorique. Car pour repousser l’assaut imminent d’Alep, pour lutter contre l’oppression du tyran et de ses affidés étrangers, nos forces démocratiques ont besoin d’armes efficaces.

Pour qu’une transition démocratique négociée puisse avoir lieu en Syrie, le monde doit agir avec vigueur et force de conviction. Les démocraties doivent agir pour que le régime de Bachar el Assad ne puisse écraser dans le sang les aspirations démocratiques de son peuple. Une aide militaire substantielle empêchera Bachar el Assad de continuer ses attaques aveugles sur des zones civiles, crimes condamnés par le droit international, et permettra à la révolution démocratique de continuer, et de vaincre.

Nous avons besoin de vous, Français. Peuple de France, peuple ami, votre histoire et vos valeurs nous inspirent et nous aident quotidiennement à tenir devant les horreurs que nous endurons. Elles motivent notre combat. Aidez-nous à porter haut, nous aussi, les valeurs universelles de liberté et dignité qui ont inspiré votre révolution de 1789. Grâce à votre soutien et votre mobilisation, nous sommes convaincus que nous pourrons, nous aussi, un jour, fêter fièrement notre 14 juillet.

La Coalition Nationale Syrienne

Publié dans Points repères, Sensibilisation | 5 Commentaires

Frédéric Pichon nous donne raison

Un lecteur nous a fait part de la réaction, sur Facebook, de Frédéric Pichon à propos de notre article sur le salafisme (lien) où nous l’avions épinglé sur une grossièreté : il affirmait qu’un certain Ar’our avait émis une ‘fatwa’ pour demander aux révolutionnaires de violer les jeunes alaouites… fatwa qui n’existe pas.

Loin d’apporter la preuve de ses dires (et pour cause…), Pichon écrit :

copie d'écran du commentaire de Frédéric Pichon sur sa page.

copie d’écran du commentaire de Frédéric Pichon sur sa page.

Il reprend un bout de paragraphe qu’il coupe du reste de l’article, il ne parle pas de son énorme erreur, et sous-entend que nous défendons Arour, ce qui suffit à ses yeux pour faire un peu d’ironie sur la Syrie post-Assad.

Nous aimerions revenir rapidement sur ce commentaire et montrer l’obstination de certains dans leur mauvaise foi.

Lire la suite

Publié dans Contre propagande, Relais du régime, Thèse du régime | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , | 23 Commentaires

Situation globale sur le territoire syrien et historique des évènements après plus d’un an de lutte armée

Situation sur le Terrain 

Les avancées de l’ASL ainsi que celles des autres factions ont été documentées dans les derniers billets du blog. Ce travail est destiné à ceux qui cherchent réellement à s’enquérir de la situation sur le terrain en Syrie.

Les comptes-rendus ont été divisés par gouvernorats (Mohafazat) syriens (14 au total). Ce qui donne une série d’articles, un pour chaque gouvernorat, en respectant le plus possible la chronologie des évènements de la Révolution Syrienne.

Progression de l’ASL et des Kurdes sur territoire Syrien (Novembre 2012)

Progression de l’ASL et des Kurdes sur territoire Syrien (Novembre 2012)

Lien Gouvernorat d’al Hasakah
Lien Gouvernorat d’Alep
Lien Gouvernorat d’al Raqqah
Lien Gouvernorat d’al Suwaydah
Lien Gouvernorat de Damas
Lien Gouvernorat de Dera’a
Lien Gouvernorat de Deir el Zor
Lien Gouvernorat de Hama
Lien Gouvernorat de Homs
Lien Gouvernorat d’Idlib
Lien Gouvernorat de Lattaquié
Lien Gouvernorat de Quneitra
Lien Gouvernorat de Rif Dimashq
Lien Gouvernorat de Tartous

Situation humanitaire des réfugiés syriens :

Avec l’intensification de la guerre à l’intérieur du pays, et craignant en grande partie les bombardements sur les zones civiles et les dérives sectaires du régime, des centaines de milliers de Syriens n’ont d’autre choix que de quitter leurs habitations et leurs terres, espérant trouver refuge ailleurs. Fuyant de ce fait la mort, pour se retrouver face aux privations et aux conditions très précaires.

Lire la suite

Publié dans Points repères, Rapports | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Synthèse des évènements dans le gouvernorat d’al Qunaytra

quneitra

Il ne subsiste de ce gouvernorat après les guerres arabo-israéliennes qu’une petite portion, constituant à peine 10% du territoire original comprenant les hauteurs stratégiques du Golan occupé.

 

Bir Ajam (350 hab.) : ce village circassien fut déserté suite à la guerre de 1967 et ne sera plus tard jamais repeuplé comme avant.

Le 13 Novembre 2012, c’est l’un des deux premiers lieux à être libéré par l’ASL dans la région.

 

Barika : ce village du Golan est entre les mains de l’ASL à compter du 13 Novembre 2012.

Publié dans Rapports | Tagué , , , , , , | Poster un commentaire

Synthèse des évènements dans le gouvernorat de Rif Dimashq

Gouvernorat de Rif Dimashq

Rif Dimashq (2 273 000 hab.)

Rif Dimashq (2 273 000 hab.)

Suite aux manifestations qu’a connu Rif Dimashq à partir d’Avril 2011, l’armée isole les districts abritant les protestations. Cela commença par Douma, suivie par d’autres villes telles que : Moadamyeh, Darayya, Zabadani, Kanaker, Kiswah ; et des banlieues de Damas (Irbin, Zamalka, Saqba, al Midan, Qadam, Hajar al-Aswad, Qaboun, Salhiyah, Harasta, et al Mizah).

Même si le régime parvient à réduire considérablement l’ampleur des manifestations, des protestations sporadiques ont toujours lieu.

Ce n’est par contre qu’en Janvier 2012 que des défectionnaires et des volontaires de la région prirent les armes sous la bannière de l’ASL. De ce fait, vers la fin de ce mois, les révolutionnaires parviennent à contrôler Douma et Zabanadi et d’autres villes/localités (Saqba, Harasta, Hamouriya, Kfarbatna et Ain Tarma).

Le 30 Janvier, le régime récupère tous ces territoires sous son joug, suite à une offensive militaire majeure.

Lire la suite

Publié dans Rapports | Tagué , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Synthèse des évènements dans le gouvernorat de Damas

Gouvernorat de Damas

Damas (1 711 000 hab.)

Damas (1 711 000 hab.)

L’unique gouvernorat du pays à ne concerner qu’une seule ville : Damas et sa banlieue (Yarmouk).

- Damas (1 711 000 hab.) : la capitale du pays resta relativement calme durant la révolution car abritant les sièges des institutions administratives et sécuritaires du régime ainsi que le Palais Présidentiel. Les Syriens sont obligés de manifester de manière prompte et intelligente s’ils ne veulent pas se faire prendre par les moukhabarat. Les premiers accrochages sporadiques contre l’armée assadienne à Damas ne débutèrent qu’en Mars 2012.

Un an après le début de la lutte armée, le 15 Juillet 2012, l’opération « Volcan de Damas » est lancée par l’ASL (certains diront prématurément, car à deux doigts d’être découverte par le régime). Son but est de tenter de décapiter le régime en le prenant par surprise, ou du moins l’occuper suffisamment pour faire réussir la future offensive sur Alep (prévue le même mois).

Les trois premiers jours de l’offensive, les révolutionnaires armés (en grande partie venant de Rif Dimashq) s’attaquent aux forces loyalistes à Hajar al Aswad, al Midan , al Tadamon, Saba’a Baharat, Quaboun, Barzeh et Kfar Soussa. Ils leurs infligent des dizaines de pertes et de blessés et réussissent même à détruire un blindé et à abattre un hélicoptère.

En retour, la plupart des quartiers sont bombardés par l’artillerie des forces d’al Assad, spécialement al Midan. Les troupes stationnées au Golan sont également dégarnies pour aller combattre à Damas.

Pilonnage à Al Midan (Damas – 17 Juillet 2012)

Lire la suite

Publié dans Rapports | Tagué , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Synthèse des évènements dans le gouvernorat d’Alep

Gouvernorat d’Alep

 

Alep (4 045 000 hab.)

Alep (4 045 000 hab.)

 

Les premiers combats dans ce gouvernorat éclatèrent en Mars 2012. Après des semaines de confrontations avec les troupes du régime, l’ASL parvint à chasser le régime des zones rurales de la portion nord de cette région l’été.

Les villages et les localités libérés sont gérés par des Conseils qui font office d’autorités gouvernementales par intérim. Ils essayent d’en assurer la stabilité en s’occupant d’organiser les patrouilles contre les pillards et les espions du régime, gérer des prisons et des tribunaux rudimentaires, assurer l’approvisionnement régulier en vivres pour les résidents et l’ASL.

En automne 2012, l’ASL semble vouloir isoler le gros de l’armée assadienne dans la ville d’Alep en capturant des bases militaires dans toute la région et en lui coupant l’accès à l’autoroute vers des villes comme Damas ou Lattaquié.

Lire la suite

Publié dans Rapports | Tagué , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Synthèse des évènements dans le gouvernorat de Tartous

Gouvernorat de Tartous

Tartous (785 000 hab.)

Tartous (785 000 hab.)

A majorité alaouite, cette partie de la Syrie abrite la base militaire navale russe, la dernière présence russe (héritée de l’ère soviétique) dans les mers tièdes au monde. Historiquement parlant, il faisait également partie de « l’état alaouite » (aux cotés de Lattaquié) entre 1920 et 1936.

- Baniyas (42 000 hab.) : elle fut un des lieux des premières manifestations pour la Dignité et la fin de la corruption menées un peu partout en Syrie entre Mars et Avril 2011. Comme pour le reste des villes syriennes, les citoyens de Baniyas ont été violemment réprimés par les forces de sécurité. Puis durant la seconde semaine du mois de Mai 2011, et après la répression des protestations à Idlib, l’armée investit la ville appuyée d’une trentaine de blindés. Les unités impliquées étaient des régiments de Forces Spéciales ainsi que des éléments de la 4ème Division blindée. Les parties visées étaient essentiellement les quartiers sunnites, maintenus par les manifestants anti-régime depuis que les chabihas y ont fait leurs premières victimes en Avril. Il y eut la mort d’au moins une dizaine de manifestants à déplorer ainsi que des centaines d’arrestations effectuées.

Le 14 Mai, l’armée se retire, laissant à l’appareil sécuritaire la tâche de maintenir le calme.

- Tartous (116 000 hab.) : ville portuaire délimitée par les montagnes alaouites à l’Est. Est également un bastion du régime et le site de la base navale russe en Méditerranée.

Publié dans Rapports | Tagué , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Synthèse des évènements dans le gouvernorat d’al Suwayda

Gouvernorat d’al Suwayda

Al Suwayda (417 000 hab.)

Al Suwayda (417 000 hab.)

Région à majorité druze de la Syrie. La plupart des habitants est concentrée dans la partie ouest du gouvernorat, alors que l’Est aride est laissé aux bédouins nomades (Harat al Shamah).

Le régime en contrôle la totalité des territoires jusqu’en été 2012, lorsque l’ASL (bataillon Sultan Pasha al Atrash) s’empare d’une petite partie avoisinant le gouvernorat de Deraa.

- Al Suwayda (73 500 hab.) : en Octobre 2012, l’armée et les forces de sécurité y procèdent à une campagne d’arrestations massives parmi les habitants.

- Salkhad (15 000 hab.) : ancien site dont l’origine remonte à l’Antiquité (Nabatéen, Romain, Ayyoubide), bâti sur les montagnes druzes.

- Shahba (15 000 hab.) : ancienne importante colonie romaine et ville natale de Philippe l’Arabe, empereur romain au 3ème siècle. Elle est située dans la région montagneuse druze.

Publié dans Rapports | Tagué , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Synthèse des évènements dans le gouvernorat d’al Raqqah

Gouvernorat d’al Raqqah

Al Raqqah (921 000 hab.)

Al Raqqah (921 000 hab.)

 

En Septembre 2012, l’ASL réussit à contrôler la partie nord de ce gouvernorat. Il était devenu entre-temps une destination importante de réfugiés civils depuis plusieurs mois, doublant ainsi sa population.

  Lire la suite

Publié dans Rapports | Tagué , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Synthèse des évènements dans le gouvernorat de Hasakah

Gouvernorat d’al Hasakah

 

Al Hasakah (1 500 000 hab.)

Al Hasakah (1 500 000 hab.)

 

Le Gouvernorat d’al Hsakah couvre la majeure partie de ce qui est désigné comme étant le « Kurdistan Syrien ». Il est stratégiquement important pour le pays car ses sous-sols contiennent un important pourcentage de ressources pétrolières. Sa population est quant à elle est estimée à quelques 2 millions d’individus, Kurdes pour la plupart.

La capitale d’al Hsakah, al Quamishli, a connu des émeutes en 2004, après qu’un match de football chaotique se transforma en révolte anti-gouvernement. Depuis cette date, des affrontements occasionnels avec les forces de l’ordre ont eu lieu.

Jusqu’en 2011, plus de 140 000 kurdes n’ont toujours pas droit à la nationalité syrienne. Cela est dû à la position officielle du régime qui se veut panarabe.

Des manifestations et protestations anti-régime voient le jour depuis Mars 2011. Cependant, pour des raisons politiques, l’opposition kurde n’est pas en accord total avec le Conseil National Syrien (car soutenu par la Turquie entre autres). Elle comporte au total une douzaine de partis politiques dont les principaux sont l’Union Démocratique Kurde (PYD) et le Conseil National Kurde (KNC). Ces deux derniers signèrent un accord commun en Juillet 2012 avec le parrainage du président du Kurdistan irakien, Mahmoud Barazani. Cet accord concerne la coopération des partis kurdes pour la gestion administrative du « Kurdistan Syrien » sous la bannière d’un « Comité Suprême Kurde » (CSK), ainsi que la fondation d’un bras armé connu sous le nom de « Unités de Protection Populaire » (YPG : entre 4000 et 5000 hommes).

Dès lors, les milices kurdes ont pu débuter une campagne pour s’emparer d’un bon nombre de villes et localités à al Hasakah et Alep. D’autant plus que cela s’est fait en un court laps de temps, et sans rencontrer beaucoup de résistance de la part des forces du régime occupées à combattre l’ASL.

Les milices kurdes ont également installé des barrages pour contrôler les routes et administré les passages frontaliers avec le nord irakien. Elles sont déterminées à défendre leurs territoires contre toute incursion venant aussi bien de l’armée d’al Assad que de l’ASL.

Lire la suite

Publié dans Rapports | Tagué , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Synthèse des évènements dans le gouvernorat de Deir el Zor

Gouvernorat de Deir el Zor :

Deir el Zor (1 202 000 hab.)

Deir el Zor (1 202 000 hab.)

 

Région riche en pétrole syrien, le régime a du néanmoins en céder progressivement le contrôle au profit de l’ASL, alors que les combats violents à Alep drainent ses ressources.

Il est estimé qu’à dater du mois de Juillet 2012, près de 90% du gouvernorat a été libéré de l’emprise des troupes assadiennes.

A partir d’Août 2012, l’ASL, contrôlant les routes principales, nettoie les derniers avant-postes isolés de l’armée.

L’objectif stratégique de tout le gouvernorat reste le champ pétrolifère de l’est, avec une capacité de 200 000 barils par jour.

L’ASL vise aussi à s’emparer entièrement de l’aéroport militaire de Hamadan et du district d’al Mayadin pour assurer la domination militaire totale sur tout le gouvernorat.

Lire la suite

Publié dans Rapports | Tagué , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Synthèse des évènements dans le gouvernorat de Lattaquié

Gouvernorat de Lattaquié :

 

Lattaquié (991 000 hab.)

Lattaquié (991 000 hab.)

 

Après la fin de la Première Guerre Mondiale, la France coloniale administrant la Syrie donna à ce gouvernorat et à celui de Tartus leur indépendance. Les deux constituèrent ainsi le fameux « état alaouite » entre 1920 et 1936. Le même que le Syriens anticipent de voir réapparaître si Bachar décide de fuir et d’abandonner le pouvoir sur le reste de la Syrie.

Même si le gouvernorat est considéré à majorité alaouite, il n’empêche que des manifestations anti-régime firent leur apparition dès Mars 2011 (à Lattaquié ville précisément).

A partir de l’été 2012, l’ASL réussit à contrôler une bonne partie des territoires au nord-est.

L’armée essaya par la suite de déloger les résistants en brûlant les forêts dans lesquelles ils sont suspectés de s’y abriter.

En Octobre/Novembre de l’automne suivant, l’ASL réussit à contrôler près du quart des territoires après le retrait des troupes assadiennes des montagnes Kurdes et Turkmènes.

Lire la suite

Publié dans Rapports | Tagué , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Synthèse des évènements dans le gouvernorat de Hama

Gouvernorat de Hama :

 

Hama (1 593 000 hab.)

Hama (1 593 000 hab.)

 

Hama, la capitale de ce gouvernorat, a déjà connu le soulèvement contre le régime plus d’une fois. D’abord en 1964 après le coup d’état du parti Baath, puis entre 1976 et 1982. La date de Février 1982 restera la plus sanglante et la plus catastrophique de toute l’histoire de la Syrie moderne avant la révolution.

Depuis le début de la résistance armée en Septembre 2011, l’ASL n’a réussi à libérer formellement que les régions avoisinantes au Gouvernorat d’Idlib au nord. Les opérations de guérilla contre l’armée se poursuivent toujours dans les régions non administrées par les révolutionnaires.

Lire la suite

Publié dans Rapports | Tagué , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Synthèse des évènements dans le gouvernorat de Dera’a

Gouvernorat de Dera’a :

 

Dera’a (998 000 hab.)

Dera’a (998 000 hab.)

 

Historiquement parlant, c’est précisément dans la région de Dera’a où tout commença en Mars 2011.

Personne ne se doutait à cette époque qu’un simple graffiti (s’inspirant des révolutions en Afrique du Nord) fait par des écoliers allait enclencher la plus longue et la plus ensanglantée des révolutions arabes. Les connaisseurs les plus endurcis de la Syrie minimisaient énormément l’intensité réactionnelle des Syriens. Ceci naturellement après le choc psychologique vécu durant les années 1980 par l’un des régimes sécuritaires les plus solides et les plus répressifs de l’Histoire.

Ajoutons à cela l’infériorité technique des révolutionnaires et la quasi-absence des aides extérieures face à un régime extrêmement virulent soutenu fortement par ses alliés.

De ce fait, la révolution syrienne mérite largement son titre de « Mère de toutes les Révolutions ».

Le gouvernorat a connu une série d’embuscades effectuées par l’ASL contre les forces pro régime à partir de Novembre 2011. Elle ont ciblé des convois et des check points entre autres.

Les affrontements les plus significatifs s’étant déroulés à Lujah, Hirak, Dael en plus de Dera’a ville et ses environs. Elle ont coûté la vie à plus de 250 loyalistes, une centaine de défectionnaires et plus d’une centaines de civils aux moins.

En Juin 2012, l’ASL contrôle au total le quart du gouvernorat, principalement les parties Est et Ouest.

Lire la suite

Publié dans Rapports | Tagué , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Synthèse des évènements dans le gouvernorat d’Idlib

Gouvernorat d’Idlib :

Idlib (1 464 000 hab.)

Idlib (1 464 000 hab.)

 

L’ASL, constituée de déserteurs pour la plupart, a eu divers accrochages avec les forces gouvernementales dans ce gouvernorat depuis Octobre 2011 (notamment à Jabal al Zawiya). Cela n’a pas interdit les manifestations et les défections de se poursuivre, même si elles sont régulièrement prises pour cible par les forces du régime. A la tête de ces évènements le massacre de Jabal al Zawya en Décembre 2011, qui coûta la vie à 200 civils et 80 déserteurs au minimum. Cependant, durant cette même période, l’ASL a pu sécuriser quelques villages qui serviront plus tard de bastions et de refuges pour les protestataires civils pourchassés.

Inutile de préciser que l’armée s’attaque systématiquement à toutes ces régions soupçonnées d’abriter des opposants et des tueries contre les habitants y sont commis.

Entre Mars et Avril 2012, l’armée lance une importante opération  visant à annuler les gains de l’ASL des mois précédents. C’est la 76ème brigade blindée (forte de 90 chars de combat) qui s’en charge, mais le succès n’est que partiel ou temporaire selon les cas.

Lire la suite

Publié dans Rapports | Tagué , , , , , , , , | Poster un commentaire

Synthèse des évènements dans le gouvernorat de Homs

Gouvernorat de Homs:

Homs (1 035 000 hab.)

Homs (1 035 000 hab.)

La région de Homs fut la première étincelle de la lutte armée contre le régime. Les combats s’y poursuivent toujours depuis Ramadan (Août) 2011. Même si aujourd’hui l‘intensité des attaques ravageuses n’est due qu’aux raids aériens et au pilonnage de l’artillerie du régime.

Lire la suite

Publié dans Rapports | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

L’islamisme : une réalité complexe occultée par la propagande et les manipulations

L’objet des paragraphes qui suivent n’est pas d’expliquer l’islamisme dans sa complexité, ce qui nécessiterait, comme nous le verrons, une étude spécifique pour chaque parti islamique. La définition même de l’islamisme interdit une conception autre qu’hétérogène de celle-ci.
En revanche, nous attirons l’attention du lecteur sur la diabolisation d’acteurs islamistes par la fabrique de preuves censées être sans appel car comportant leurs « signatures ».

L’islam politique, un terme pour une réalité doublement vaste.

Par définition de l’islamisme (ou de l’islam politique), un islamiste est un homme qui base sa pensée et son action politique sur les principes de l’Islam. D’Al-Qaïda aux islamistes iraniens, du Hamas au Hezbollah, les contours de l’islamisme restent extrêmement flous. On le constate dans les faits : le terme désigne des mouvements extrêmement différents, qui s’opposent parfois militairement. Les courants politiques se multiplient aux compréhensions de l’Islam et il y aura presque autant d’islamismes que de couples (vision politique-vision islamique). Certains islamistes acceptent le jeu démocratique, d’autres privilégient la voie armée, d’autres encore préconisent de réformer le régime en place. Les Frères musulmans font traditionnellement  partie de l’opposition politique là où les jihadistes sont dans une logique révolutionnaire. A l’extrême, il est possible de mentionner le savant salafi Al-Albani qui disait qu’une bonne politique est celle qui consiste à être… apolitique.

En résumé, si les islamistes cherchent tous à vivre dans un Etat où la politique se fonde sur la religion, ils divergent sur la réalité concrète de l’objectif, ainsi que sur les moyens d’y arriver.
Lire la suite

Publié dans Contre propagande, La Syrie, Points repères | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Commentaires

Adnan Arour ou le salafisme fantasmé

Sur le salafisme : lire le précédent article.

Notre propos ici n’est pas tant de prendre la défendre du cheikh salafiste syrien Adnan Arour que de montrer par l’exemple le genre de propagande mensonger que le régime syrien et ses défenseurs sont capables de produire pour ensuite salir l’ensemble des révolutionnaires syriens. 

Savant musulman salafi (au sens 2) originaire de la ville de Hama, il a très tôt pris position en faveur de la révolution syrienne. Il est à noter, et c’est un point non dénué d’importance, que Arour est un salafiste (sens 2.a) qui ne faisait pas la promotion de l’action armée… et qui interdisait même les manifestations (par anticipation de la réponse du régime certes, mais également par idéologie) ! La répression des manifestations pacifiques l’a poussé à encourager tout acte symbolique pour protester contre le régime des Assad : déchirer sa carte d’identité, scander des slogans par les fenêtres, etc…

Sans surprise, Arour fait l’objet d’une campagne de propagande intense à son égard, jouant aussi bien sur la méconnaissance du terme "salafiste" que des propos assumés qui peuvent aisément être détournés de leur sens premier. Ainsi, des extraits vidéos montrent Arour promettre de « donner la chair des alaouites aux chiens ». La formule est très certainement, comme il l’a lui-même reconnu, maladroite; d’autant qu’elle révèle plus de l’intimidation que d’une promesse effectivement réalisable. La formule est maladroite mais l’extrait, sorti de son contexte,  est évidemment une manipulation grossière. En réalité, Arour parle de ceux qui prendront part aux crimes du régime, et il vise en particulier les alaouites étant donné que le régime syrien est à majorité alaouite et que les pires crimes sont les faits d’alaouites. Il vise en particulier les alaouites, et en général tous les criminels. Il a par ailleurs bien précisé que ceux qui n’auront pas de sang sur les mains ne seront en rien inquiétés. Lire la suite

Publié dans Contre propagande, Non classé, Relais du régime, Thèse du régime | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 13 Commentaires

Le salafisme, késako?

Ce billet est le premier d’une série d’articles qui visent à éclairer les lecteurs sur les différents "-ismes" souvent rattachés à l’Islam, et aux musulmans…

Il s’agira moins de soumettre un avis tranché que de proposer des clés de compréhension, meilleure preuve de respect qu’il est possible de présenter aux intéressés. De fait, les lignes plus bas et celles qui suivront ne s’adressent nullement aux adeptes du choc des civilisations et autres identitaires qui s’abreuvent de représentations fantasmatiques quand ils ne participent pas eux-mêmes à leur fabrication. Ceux-là qui ne peuvent s’imaginer d’extrémiste et de violent qu’en islamiste qu’il sera aisé de confondre à leur guise avec de simples musulmans, l’occasion pour eux de différencier le mauvais musulman du bon, ce dernier "prouvant" à qui en douterait, qu’il est possible de ne pas succomber au fondamentalisme à condition de modérer très fort ses penchants islamistes. Les mêmes qui, de mauvaise foi, refusent de comprendre le "langage musulman" pour systématiquement s’offusquer du "Allahou Akbar" de Syriens jugés trop islamistes dans leur façon de recevoir les bombes d’un régime imparfait, certes, mais tout à fait respectable puisque « laïc ». A tous ceux-là, inutile de lire plus loin.

Un même mot, plusieurs réalités.

Dans la série « j’utilise un terme que je ne comprends pas », demandons le salafisme.
Entre fantasmes de non avertis, mensonges de propagandistes et réalités d’un mouvement aux multiples facettes, le salafisme fait partie de ces termes qui portent à la plus grande confusion. Rares sont les articles qui prétendent nous éclairer sur le salafisme mais qui ne rajoutent pas un peu à la confusion qui existe déjà.

Soyons clairs : salafi n’est pas un gros mot.

En fait, et pour faire simple, le terme salafi peut être l’objet de trois compréhensions. Lire la suite

Publié dans Contre propagande, Non classé, Points repères, Thèse du régime | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 12 Commentaires

Une autre preuve de la manipulation du régime… et de la malhonnêteté des soutiens à Bachar

Le présent article met en avant une des nombreuses manipulations du régime. Le 13 août 2012, la mise en ligne d’une vidéo (voir l’extrait de 0:27 à 1:02) reproduit les images postées par des hommes se faisant passer pour des anti-régime et embraye sur d’autres images (voir l’extrait de 1:30 à 4:05)  qui prouvent que ce sont des membres du régime qui ont d’abord torturé un civil pour ensuite « fabriquer » une vraie fausse vidéo.  Le premier extrait a été repris par un nombre non négligeable de relais du régime. Toujours prompts à « alerter leurs auditeurs sur les manipulations et les désinformations », nous n’avons pas entendu les défenseurs de Bachar Al-Assad s’indigner et dénoncer le régime syrien. Ce qui en dit long sur leur (mal)honnêteté.

Lire la suite

Publié dans Contre propagande, Relais du régime, Thèse du régime | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 35 Commentaires

Aperçu des armes du régime syrien et de l’Armée Libre.

Petite synthèse, avec vidéos, des armes utilisées par le régime et par les révolutionnaires. Où l’on voit les mensonges des défenseurs des Assad, qui crient depuis le début à un complot contre la Syrie. En réalité, les révolutionnaires ont du mal à s’armer, et doivent faire avec la décision américaine interdisant l’entrée d’armes anti-aériennes.
Merci à yfren pour sa contribution de grande qualité.

1. Côté régime syrien

Pour l’arsenal utilisé par le régime on trouve fréquemment :

- Des chars T54/T55/T62 vites dépassés dès les premiers mois de combats car vulnérables aux RPG7 des révolutionnaires.

http://www.youtube.com/watch?v=7UK9ozuhSiY Lire la suite

Publié dans Points repères | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 11 Commentaires

Que vive l’Armée Libre! Légitimité, stratégie et défis de la résistance armée en Syrie.

Alors que le dernier discours de Bachar Al-Assad montre sans ambigüité que le régime syrien continue dans son aveuglement, niant la réalité et l’ampleur de la contestation, et niant les revendications des syriens, il est nécessaire de faire le point sur ce qui est aujourd’hui le seul espoir d’un peuple qui continue de subir les bombardements et les exactions du régime des Assad : la résistance armée.
Personne n’est obligé de croire Bachar Al-Assad lorsqu’il affirme que "la situation s’améliore" alors que lui et les différents membres du régime se sont constamment trompés : "La Syrie restera calme" affirmait Bachar Al-Assad en janvier 2011, "Le plus dur est derrière nous" assurait Boutheyna Chaaban au début de l’été 2011, "Nous combattrons le terrorisme d’une main de fer" promettait Bachar début 2012, sans parler de la reprise du quartier de Baba Amr début mars 2012 présentée comme un tournant… Depuis le régime a dû annoncer la mort de certains hauts dirigeants de son système répressif et constater qu’il était incapable de reprendre la ville d’Alep comme annoncé bruyamment dans ses médias…

Comme le remarque très justement Gilbert Achcar (lien) :

« On ne peut parier sur l’abandon du tyran par ses unités d’élite militaires dans des pays comme la Libye ou la Syrie. Renverser pacifiquement le régime dans des pays tels que ceux-là est impossible. Les révolutions, de même que les luttes de libération nationales, ne peuvent toutes achever la victoire de façon pacifique. La stratégie ne se définit pas en fonction de ce qui serait souhaitable, mais en fonction de la nature de l’Etat. »

De fait, la Révolution syrienne, pacifique, a connu de remarquables avancées depuis qu’elle s’est dotée d’une composante armée.

Lire la suite

Publié dans Contre propagande, La Syrie, Points repères | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 5 Commentaires

Petite leçon aux propagandistes d’Infosyrie -round 2 et K.O.- : Quand Infosyrie s’enfonce!

 «Il est parfois préférable de se taire et de passer pour un imbécile, plutôt que de parler et ne plus laisser aucun doute à ce sujet.» C’est très exactement ce que nous nous sommes dit à la lecture de l’article mis en ligne par Infosyrie (lien) , article qui prétend être une réponse à nos lignes (lien) où nous avons épinglé les rédacteurs dudit site sur leur mauvaise compréhension d’une vidéo qu’ils utilisent. On imagine aisément que la lecture de notre "article-fleuve" a dû être difficile pour Infosyrie et que les développements aient été ressentis comme "longs" et "laborieux" : Infosyrie n’a rien compris à notre article. En effet, la « réponse » d’Infosyrie ne traite quasiment pas du principal point que nous leur reprochons, pour s’attarder sur d’autres sujets qui ne leur étaient même pas destinés.

Lire la suite

Publié dans Contre propagande, Relais du régime, Thèse du régime | Tagué , , , , , , , , , , , | 389 Commentaires

Petite leçon aux propagandistes d’Infosyrie : Sur la fuite d’Al-Asaad

Comme les fidèles lecteurs de ce blog le savent – merci à eux d’être de plus en plus nombreux- le site Syrianfacts ne commente pas l’actualité mais propose des analyses sur ce qui structure la Révolution Syrienne. En se plaçant à un niveau supérieur de granularité, nous proposons des articles de fond, pour que l’observateur honnête de la crise syrienne ne se laisse pas influencer par les soubresauts de ce qui forme l’information quotidienne. Par ailleurs, la rigueur nous imposant de ne traiter que des questions que nous maitrisons, nous ne prétendons nullement concurrencer plus compétents que nous sur bien des sujets.
Alors pourquoi discuter de la rumeur (même pas une information) faisant état de la fuite du fondateur et chef de l’Armée Libre de Syrie, Riyad Al-Asaad, en Bulgarie, prenant avec lui la somme de deux millions de dollars?

D’une part, nous avons reçu plusieurs messages nous demandant notre avis sur cette rumeur. D’autre part, un visiteur -pro-Bachar- répondant au pseudo de LATTAKIA, a lancé le défi suivant (lien)

"PS : certains diabolisent le site “Infosyrie”. Ils en ont le droit. Malgré tout, je défie quiconque sur ce site de prouver que beaucoup de ses informations ne sont pas étayées de faits et souvent pertinentes.

Ce site est l’un des seuls qui me donne de vraies informations sur la situation et les dessous de ce vaste “merdier” institué de toute pièce par des “joueurs de plus en plus hystériques”."

Dans un message précédent, LATTAKIA donnait une liste de ce qu’il a appris de sites comme Infosyrie et qu’il considère donc comme de "vraies informations" (sic). On y trouve, juste après avoir dit que le massacre de Houla a été commis par les révolutionnaires (pour une analyse sérieuse et de vraies preuves, vois : lien, lien, lien, lien et lien), une allusion à la fuite d’al-Asaad. En effet, Infosyrie a publié un article intitulé : "Confirmation: le chef de l’ASL est sans doute parti avec la caisse !" .
Nous pensions que notre article sur Infosyrie était relativement clair : des rédacteurs, non syriens, non arabophones, ignorant tout de la Syrie, même sa géographie, payés par des proches du régime pour faire de la propagande mensongère sur la révolution syrienne. Malgré tout, certains continuent de voir une quelconque pertinence dans les colonnes dudit site.

Nous avons alors décidé de faire d’une pierre quatre coups :

- Expliquer les efforts de l’opposition pour s’unir et préparer l’après Assad
- Expliquer un des aspects de la résistance armée
- Donner une leçon à Infosyrie et tous les faux journalistes payés pour défendre le régime syrien
- Montrer comment la malhonnêteté doublée de l’incompétence amène les complotistes à voir ce qu’ils veulent voir.

Il ne s’agit donc pas tant de défendre Al-Asaad ou de démentir la rumeur que d’en profiter pour donner des informations fiables en dénonçant les propagandistes.

Lire la suite

Publié dans Contre propagande, Non classé, Points repères, Relais du régime, Thèse du régime | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 163 Commentaires

Bienvenue

Ce modeste blog a pour but de sensibiliser aux événements historiques qui secouent actuellement le berceau de l’Humanité.

Bienvenue!

Franco-syrien, né à la désormais tristement célèbre ville de Homs, l’auteur de ce modeste blog (contact : syrieux[at]gmail.com ou sur facebook : syrieux syrian) entend sensibiliser à la Révolution syrienne. Ce blog n’est donc pas un site d’informations. Vous y trouverez en revanche des analyses de fond qui se veulent complémentaires des autres excellents sites disponibles pour les francophones, et que nous conseillons fortement. Résolument anti-régime syrien, le site Syrianfacts n’en est pas pour autant un site de l’opposition au sens politique du terme. Schématiquement, les anti-régime se divisent en trois groupes :

- l’opposition politique, dont le Conseil National Syrien.
- la résistance armée, regroupée sous l’Armée Syrienne Libre
- la contestation, représentée par les courageux manifestants syriens.

Ici, nous souhaitons être la voix de la contestation qui entend enfin acquérir sa liberté et sa dignité perdues. Des syriens soudés contre un régime tyrannique. Chaque fois que cela sera possible, c’est leur message et leur lecture des événements qui seront retranscrits.

Vous trouverez ainsi une vidéo qui présente le point de vue des manifestants syriens (vidéo : "Comprendre la Révolution syrienne avec les manifestants syriens"), et une traduction des plus beaux chants des révolutionnaires (Ce que chantent les syriens durant les manifestations contre Bachar Al-Assad). Les rapports écrits par les syriens sont parfois traduits pour donner une idée de leur récit des évènements (lien). De nombreuses défections viennent ajouter un éclairage sur ces récits, vous trouverez la traduction de quelques vidéos de défectionnaires (lien, lien et lien).

Une bonne compréhension de la crise syrienne passe par une connaissance de la nature du régime syrien. Outre quelques rappels historiques (lien, lien, lienlien et lien), il nous est apparu nécessaire de parler de la barbarie des Assad, qui est encore largement méconnue. C’est pourquoi nous publions des extraits du témoignage de M. Khalifé, un chrétien syrien torturé dans les prisons des Assad pour avoir osé critiquer le président (lien, lien et lien). Accusation officielle : il appartient aux Frères Musulmans!!

Le régime syrien a en effet cette habitude de lancer toutes sortes d’accusations contre les syriens qui refusent de se soumettre à lui, sans oublier de rappeler bruyamment ce qui ferait sa légitimité. Nous entendons répondre, par les arguments, à toutes ces (im)postures. Non, le régime syrien n’a jamais était résistant à Israël (La “résistance” des Assad : la blague du siècle.). En plus d’être un partenaire tout à fait convenable aux Etats-Unis, il ressemble fortement à celui qu’il prétend combattre (lien).

Nous invitons par ailleurs nos lecteurs à ne pas tomber dans le piège d’une lecture ethno-confessionnelle des évènements en Syrie, ce qui jouerait le jeu de la dictature de Damas (Le piège de la lecture confessionnelle. Répression et cooptation comme clefs de compréhension de la crise syrienne.)

Les postures du régime syrien lui assurent un soutien de certains milieux. Nous appelons les hommes et femmes honnêtes à être en conformité avec leurs principes et à passer "l’épreuve syrienne". Les altermondialistes et les intellectuels d’extrême gauche sont particulièrement visés, et nous avons mené une réflexion sur la question de l’ingérence étrangère (La question brûlante de l’ingérence extérieure (1) et La question brûlante de l’ingérence extérieure (2))

Enfin, nous dénonçons ici la supercherie, le mensonge et l’ignorance de tous ceux qui relaient la thèse du régime syrien, et qui insultent les contestataires syriens.
Alain Soral, après un voyage de quelques jours en Syrie, est revenu prêcher la vérité avec un grand V à un public particulièrement crédule, ce qui nous fait dire qu’il est un nouveau BHL. Dans le même ordre d’idées, et avec des certitudes à faire mourir de rire, Piccinin continue de répéter la propagande du régime, même quand cela s’oppose à ce qu’il a vu sur place. Evidemment, il fallait une réponse au site Infosyrie, financé par le régime syrien pour lui servir de porte voix. Sans que cela soit une priorité, cette section est amenée à voir de nouveaux articles : les menteurs sont nombreux, et le temps limité. Toutefois, vous trouverez peut être utiles ces quelques réflexions sur les partisans des Assad (lien, lien, lien et lien).

Pour en savoir plus, nous vous conseillons fortement les sites suivants :

Dans l’enfer de Homs – blog de résistants syrien

Un oeil sur la Syrie – blog d’Ignace Leverrier, ancien diplomate

Thomas Pierret - blog de Thomas Pierret

Caroline Donati – blog de Caroline Donati

Publié dans Non classé | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire