Synthèse des évènements dans le gouvernorat de Tartous

Gouvernorat de Tartous

Tartous (785 000 hab.)

Tartous (785 000 hab.)

A majorité alaouite, cette partie de la Syrie abrite la base militaire navale russe, la dernière présence russe (héritée de l’ère soviétique) dans les mers tièdes au monde. Historiquement parlant, il faisait également partie de « l’état alaouite » (aux cotés de Lattaquié) entre 1920 et 1936.

Baniyas (42 000 hab.) : elle fut un des lieux des premières manifestations pour la Dignité et la fin de la corruption menées un peu partout en Syrie entre Mars et Avril 2011. Comme pour le reste des villes syriennes, les citoyens de Baniyas ont été violemment réprimés par les forces de sécurité. Puis durant la seconde semaine du mois de Mai 2011, et après la répression des protestations à Idlib, l’armée investit la ville appuyée d’une trentaine de blindés. Les unités impliquées étaient des régiments de Forces Spéciales ainsi que des éléments de la 4ème Division blindée. Les parties visées étaient essentiellement les quartiers sunnites, maintenus par les manifestants anti-régime depuis que les chabihas y ont fait leurs premières victimes en Avril. Il y eut la mort d’au moins une dizaine de manifestants à déplorer ainsi que des centaines d’arrestations effectuées.

Le 14 Mai, l’armée se retire, laissant à l’appareil sécuritaire la tâche de maintenir le calme.

Tartous (116 000 hab.) : ville portuaire délimitée par les montagnes alaouites à l’Est. Est également un bastion du régime et le site de la base navale russe en Méditerranée.

Publicités
Publié dans Rapports | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Synthèse des évènements dans le gouvernorat d’al Suwayda

Gouvernorat d’al Suwayda

Al Suwayda (417 000 hab.)

Al Suwayda (417 000 hab.)

Région à majorité druze de la Syrie. La plupart des habitants est concentrée dans la partie ouest du gouvernorat, alors que l’Est aride est laissé aux bédouins nomades (Harat al Shamah).

Le régime en contrôle la totalité des territoires jusqu’en été 2012, lorsque l’ASL (bataillon Sultan Pasha al Atrash) s’empare d’une petite partie avoisinant le gouvernorat de Deraa.

Al Suwayda (73 500 hab.) : en Octobre 2012, l’armée et les forces de sécurité y procèdent à une campagne d’arrestations massives parmi les habitants.

Salkhad (15 000 hab.) : ancien site dont l’origine remonte à l’Antiquité (Nabatéen, Romain, Ayyoubide), bâti sur les montagnes druzes.

Shahba (15 000 hab.) : ancienne importante colonie romaine et ville natale de Philippe l’Arabe, empereur romain au 3ème siècle. Elle est située dans la région montagneuse druze.

Publié dans Rapports | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Synthèse des évènements dans le gouvernorat d’al Raqqah

Gouvernorat d’al Raqqah

Al Raqqah (921 000 hab.)

Al Raqqah (921 000 hab.)

 

En Septembre 2012, l’ASL réussit à contrôler la partie nord de ce gouvernorat. Il était devenu entre-temps une destination importante de réfugiés civils depuis plusieurs mois, doublant ainsi sa population.

  Lire la suite

Publié dans Rapports | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Synthèse des évènements dans le gouvernorat de Hasakah

Gouvernorat d’al Hasakah

 

Al Hasakah (1 500 000 hab.)

Al Hasakah (1 500 000 hab.)

 

Le Gouvernorat d’al Hsakah couvre la majeure partie de ce qui est désigné comme étant le « Kurdistan Syrien ». Il est stratégiquement important pour le pays car ses sous-sols contiennent un important pourcentage de ressources pétrolières. Sa population est quant à elle est estimée à quelques 2 millions d’individus, Kurdes pour la plupart.

La capitale d’al Hsakah, al Quamishli, a connu des émeutes en 2004, après qu’un match de football chaotique se transforma en révolte anti-gouvernement. Depuis cette date, des affrontements occasionnels avec les forces de l’ordre ont eu lieu.

Jusqu’en 2011, plus de 140 000 kurdes n’ont toujours pas droit à la nationalité syrienne. Cela est dû à la position officielle du régime qui se veut panarabe.

Des manifestations et protestations anti-régime voient le jour depuis Mars 2011. Cependant, pour des raisons politiques, l’opposition kurde n’est pas en accord total avec le Conseil National Syrien (car soutenu par la Turquie entre autres). Elle comporte au total une douzaine de partis politiques dont les principaux sont l’Union Démocratique Kurde (PYD) et le Conseil National Kurde (KNC). Ces deux derniers signèrent un accord commun en Juillet 2012 avec le parrainage du président du Kurdistan irakien, Mahmoud Barazani. Cet accord concerne la coopération des partis kurdes pour la gestion administrative du « Kurdistan Syrien » sous la bannière d’un « Comité Suprême Kurde » (CSK), ainsi que la fondation d’un bras armé connu sous le nom de « Unités de Protection Populaire » (YPG : entre 4000 et 5000 hommes).

Dès lors, les milices kurdes ont pu débuter une campagne pour s’emparer d’un bon nombre de villes et localités à al Hasakah et Alep. D’autant plus que cela s’est fait en un court laps de temps, et sans rencontrer beaucoup de résistance de la part des forces du régime occupées à combattre l’ASL.

Les milices kurdes ont également installé des barrages pour contrôler les routes et administré les passages frontaliers avec le nord irakien. Elles sont déterminées à défendre leurs territoires contre toute incursion venant aussi bien de l’armée d’al Assad que de l’ASL.

Lire la suite

Publié dans Rapports | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Synthèse des évènements dans le gouvernorat de Deir el Zor

Gouvernorat de Deir el Zor :

Deir el Zor (1 202 000 hab.)

Deir el Zor (1 202 000 hab.)

 

Région riche en pétrole syrien, le régime a du néanmoins en céder progressivement le contrôle au profit de l’ASL, alors que les combats violents à Alep drainent ses ressources.

Il est estimé qu’à dater du mois de Juillet 2012, près de 90% du gouvernorat a été libéré de l’emprise des troupes assadiennes.

A partir d’Août 2012, l’ASL, contrôlant les routes principales, nettoie les derniers avant-postes isolés de l’armée.

L’objectif stratégique de tout le gouvernorat reste le champ pétrolifère de l’est, avec une capacité de 200 000 barils par jour.

L’ASL vise aussi à s’emparer entièrement de l’aéroport militaire de Hamadan et du district d’al Mayadin pour assurer la domination militaire totale sur tout le gouvernorat.

Lire la suite

Publié dans Rapports | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Synthèse des évènements dans le gouvernorat de Lattaquié

Gouvernorat de Lattaquié :

 

Lattaquié (991 000 hab.)

Lattaquié (991 000 hab.)

 

Après la fin de la Première Guerre Mondiale, la France coloniale administrant la Syrie donna à ce gouvernorat et à celui de Tartus leur indépendance. Les deux constituèrent ainsi le fameux « état alaouite » entre 1920 et 1936. Le même que le Syriens anticipent de voir réapparaître si Bachar décide de fuir et d’abandonner le pouvoir sur le reste de la Syrie.

Même si le gouvernorat est considéré à majorité alaouite, il n’empêche que des manifestations anti-régime firent leur apparition dès Mars 2011 (à Lattaquié ville précisément).

A partir de l’été 2012, l’ASL réussit à contrôler une bonne partie des territoires au nord-est.

L’armée essaya par la suite de déloger les résistants en brûlant les forêts dans lesquelles ils sont suspectés de s’y abriter.

En Octobre/Novembre de l’automne suivant, l’ASL réussit à contrôler près du quart des territoires après le retrait des troupes assadiennes des montagnes Kurdes et Turkmènes.

Lire la suite

Publié dans Rapports | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Synthèse des évènements dans le gouvernorat de Hama

Gouvernorat de Hama :

 

Hama (1 593 000 hab.)

Hama (1 593 000 hab.)

 

Hama, la capitale de ce gouvernorat, a déjà connu le soulèvement contre le régime plus d’une fois. D’abord en 1964 après le coup d’état du parti Baath, puis entre 1976 et 1982. La date de Février 1982 restera la plus sanglante et la plus catastrophique de toute l’histoire de la Syrie moderne avant la révolution.

Depuis le début de la résistance armée en Septembre 2011, l’ASL n’a réussi à libérer formellement que les régions avoisinantes au Gouvernorat d’Idlib au nord. Les opérations de guérilla contre l’armée se poursuivent toujours dans les régions non administrées par les révolutionnaires.

Lire la suite

Publié dans Rapports | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire