Quelques réflexions sur la thèse des partisans de Bachar (3)

Suite de la seconde partie.

 L’impérialisme américain
Je pense qu’il y a un Empire américain. Mais penser que l’on peut tout expliquer par ses intentions est largement le surestimer. L’argument du complot impérialiste a trouvé un écho en France chez notre spécialiste de la question : Alain Soral. Ce dernier nous assure que les événements en Syrie sont le fait d’agents payés par les Etats-Unis sans autre preuve – et j’insiste : sans aucune autre preuve – que sa conviction personnelle que l’Empire est derrière tout cela et que les médias sont des menteurs. Et les faits ? Eh bien Soral est parti en Syrie pour « voir » ce qui s’y passe :
Se pavanant en plein centre de Damas, puis à Hama, après la tempête, Soral ne voit rien mais comprend tout :
Il ne voit pas de manifestations au centre de Damas (ce que nous savions déjà…) alors il en déduit qu’il n’y en pas dans toute la Syrie. En revanche, sans n’en voir aucun, M. Soral a des convictions sur les gangs armés, avec de nombreux détails.

Ce n’était vraiment pas la peine de vous déplacer M. Soral.
Et puis, avouez qu’il y a quelque chose de dérangeant à écouter quelqu’un passer quelques jours dans un pays aussi compliqué que la Syrie ( on a bien dit que c’était un pays compliqué, non ? ) pour venir nous dire la Vérité sur ce sujet. Personnellement, ça me rappelle BHL.
Soyons sérieux, les révoltes qui ont cours en Syrie montre qu’il y a chez Soral, soit un problème de méthodologie, soit un problème d’honnêteté.
Beaucoup pensent que Soral raisonne en se disant que l’ennemi de mon ennemi est mon ami. C’est pourtant lui qui a très bien expliqué que le monde voit des matchs avec plus de deux équipes. Alors pourquoi avoir une analyse binaire Empire/anti-Empire? Et pourquoi nier ce peuple courageux, qui se sacrifie pour sa liberté?
Le souci du syrien moyen, c’est la police syrienne, c’est se taire ou risquer la torture, c’est les moukhabarat, et ce n’est  pas l’Empire américain. L’Empire en Syrie, c’est le régime. Que ce dernier soit l’ennemi d’un Empire plus grand ne rend aucunement ses injustices acceptables.  La révolution syrienne, c’est le combat contre le régime syrien avant de combattre l’Empire américain, car il faut d’abord se débarrasser de l’ennemi de l’intérieur avant de s’attaquer à l’ennemi de l’extérieur. Et je dis à mes amis résistants français qui ont pu faire une confiance excessive à M.Soral qu’ils doivent soutenir le peuple syrien par solidarité et esprit de justice.

Les fausses démocraties occidentales
Osez affirmer que la Syrie est une dictature et vous aurez le droit à une démonstration en règle que les démocraties occidentales ne sont pas parfaites…
Merci de nous dire ce que nous savions déjà.
Je pense que la stratégie de diversion est plus qu’évidente dans ce cas. Ce que veulent les syriens, ce n’est pas une démocratie à l’occidentale, mais leur liberté et leur dignité. Ils veulent également choisir celui qui les gouvernera, c’est ce qu’ils veulent dire par démocratie. Tout le reste est hors sujet, pour l’instant : un grand pas en avant aura été fait lorsque les systèmes politiques des arabes seront aussi imparfaits que les démocraties occidentales.

Suite dans la quatrième partie.

Publicités
Cet article a été publié dans Contre propagande, Thèse du régime. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Quelques réflexions sur la thèse des partisans de Bachar (3)

  1. Ping : Quelques réflexions sur la thèse des partisans de Bachar (4) | syrianfacts

  2. Ping : Libye et Syrie: Thierry Meyssan désinforme contre les révolutions. « contresubversion

  3. Ping : Quelques réflexions sur la thèse des partisans de Bachar (2) | syrianfacts

  4. Ping : Quelques réflexions sur la thèse des partisans de Bachar (1) « annie bannie's Weblog

  5. lylysham dit :

    Salam Syrieux!

    Je prends tranquillement le temps de replonger dans tous tes articles, et je note une chose ici en ayant terminé cette série d’articles sur les « réflexions » des partisans de Bashar et son régime: étrange comme le refrain est toujours le même, une litanie sans fin que ces discours pro-régime, pointant ainsi du doigt leur inconsistance criante et leur manque d’adaptabilité à tous les événements qui s’enchainent depuis maintenant plus d’un an.

    Ces articles auraient été démodés aujourd’hui, peut être aurions-nous pu croire à de sérieux interlocuteurs engagés dans un débat au courant de l’actualité et un minimum modelé à ce que se voit, s’entend et se lit.

    Bref, articles indémodables à propos de gens démodés sur tous les plans, en premier l’humanité.

    A bientôt 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s