L’ignorance flagrante de M. Piccinin, ou pourquoi il est parfois préférable de se taire.

Ce qu’a vu M. Piccinin est conforme aux dires des opposants

Si le régime syrien a un nombre non négligeable de relais pour sa propagande mensongère, tous ces relais n’ont pas les mêmes motivations. Certains le font par proximité -et donc intérêts- au régime syrien, d’autres pour des motifs sectaires, sans oublier ceux chez qui les postures affichées par le pouvoir des Assad biaisent toute compréhension saine des évènements, passés et présents. C’est le cas de M. Pierre Piccinin (enseignant d’histoire et de sciences politiques dans une école secondaire à Bruxelles) qui défend la thèse d’un complot islamiste contre le régime laïc de Bachar Al-Assad.

Les articles et positions de M. Piccinin, très largement favorable au régime en place, présentent une analyse systématiquement vue au travers du prisme déformant de ses convictions sur une opposition "islamiste" et tout ce qu’il peut mettre dans ce terme.
Son dernier entretien est, de ce point de vue, particulièrement frappant. De retour de Syrie, il nous livre un récit (lien) de ce qu’il a vu… et de ce qu’il n’a pas vu mais qu’il considère comme étant axiomatiquement vrai.

Si on se limite à ce que M. Piccinin a vu et constaté :
- des rebelles, à Homs, qui ne sont liés d’aucune façon au Frères Musulmans ou à un quelconque groupe salafiste.
- des rebelles syriens et qui ne sont pas des étrangers
- Une contestation populaire, à Homs, qui ne dépend nullement du CNS
- il a pu constater les bombardements des chars de l’armée régulière à Homs
- l’absence d’éléments armés à Hama

Soit une image fidèle de ce que les opposants et syriens anti-régime donnent de la situation en Syrie.

 Des convictions sur ce qu’il n’a pas vu…

En revanche, M. Piccinin n’a toujours pas vu ces fameux (et inexistants jusqu’à preuve du contraire) groupes armés étrangers, mais dit à leur propos :

"Je n’ai pas eu de contact avec cette frange-là de l’opposition, mais les témoignages que j’ai recueillis sont nombreux. Et les corps mutilés sont visibles dans les morgues. La question est de savoir si ces protagonistes sont réellement syriens ou s’il s’agit d’éléments étrangers, infiltrés, qui agissent pour le compte d’acteurs régionaux hostiles au gouvernement baathiste, comme le Qatar ou l’Arabie saoudite, dont l’implication en Syrie est bien établie."

Nous pensons plutôt que la question est d’abord de savoir qui a tué ces corps mutilés, et si les témoignages recueillis n’émanent pas de membres du régime, des moukhabarat notamment, qui se font passer pour de simples citoyens!
De même, dans son analyse sur la couverture par les médias de la crise syrienne, il oublie de préciser que les journalistes ne peuvent se rendre librement en Syrie. Il ferait bien, là aussi, de se demander pourquoi lui et tous ceux qui défendent le régime syrien peuvent s’y rendre relativement aisément…
M. Piccinin ne pose jamais les bonnes questions, ceci parce qu’il est focalisé sur une diabolisation de l’opposition (sans aucune preuve) et qu’il occulte la nature d’un régime sans foi ni loi.

… à cause d’une ignorance crasse sur la Syrie et les syriens.

Finalement, il est intéressant de remarquer que les points de désaccord des opposants avec M. Piccinin concernent exactement ce qu’il n’a pas vu et une grille de lecture complètement fausse. Ceci est sans nul doute dû, en grande partie en tout cas, à une ignorance du sujet qu’il entend traiter!
Ainsi, dans un article paru sur La Libre (lien), M. Piccinin accumule les erreurs factuelles, ce qui a motivé une réponse de M. Thomas Pierret (auteur de Baas et Islam en Syrie. La dynastie Assad face aux oulémas, il est « Lecturer in Contemporary Islam » à l’Université d’Édimbourg) avec pour titre :"Une totale méconnaissance"(lien à lire!).

Pierret Thomas

Comme pour aggraver son cas, et au lieu de considérer les points soulevés par M. Pierret avec sérieux, M. Piccinin s’enfonce dans sa réponse (lien) en écrivant :

"2. Contrairement aux assertions de M. Pierret : a. Les Turcomans ne constituent pas "quelques pour cent de la population" (sic). Les Turcomans pratiquant exclusivement leur dialecte turc sont 1 500 000. L’ensemble des Turcomans de Syrie (y compris ceux qui ont adopté l’arabe comme langue usuelle), sont estimés entre 3,5 et 6 millions, soit de 15 à 20 % de la population. C’est le troisième groupe de population en importance."

Cette affirmation sur les Turcomans est tout simplement absurde. Non pas uniquement fausse, mais bien absurde, les Turcomans ne représentant même pas 1% de la population syrienne !!
M. Pierret a donc réagit en publiant sur son blog (La Libre ayant refusé ce deuxième droit de réponse) une réponse très argumentée (lienqui devrait lever tout doute sur le niveau de compétence de M. Piccinin sur la Syrie et les syriens.

" En premier lieu, les chiffres de la population turkmène syrienne avancés par M. Piccinin sont invraisemblables : « entre 3,5 millions et 6 millions » (en incluant, précise-t-il, les « Turcomans arabisés »), soit « 15 à 20 % » (sic) de la population totale (2). Il y a ici un problème : les Kurdes, qui constituent de loin la première minorité ethnique de Syrie, sont évalués par les chercheurs les plus sérieux à moins de 10 % de la population (3). Comment les Turkmènes, dont M. Piccinin lui-même écrit qu’ils constituent le troisième groupe ethnique le plus important en Syrie, pourraient-ils être jusqu’à deux fois plus nombreux que les Kurdes ?

Qu’en disent les travaux scientifiques de référence ? En 2004, Youssef Courbage, chercheur à l’Institut National d’Études Démographiques de Paris, évaluait le nombre de Turkmènes syriens à … 114.000, soit 0,6% de la population (4). Cet auteur prenait soin de souligner qu’il s’agissait-là d’une donnée très approximative, aucun recensement ethnique n’étant disponible. Toutefois, quand bien même Courbage aurait-il sous-évalué de moitié l’importance de cette population (c’est possible), on n’atteindrait jamais que 1, 2% ; l’aurait-il même sous-évaluée dix fois (c’est très improbable) que l’on n’obtiendrait qu’un chiffre de 6%, soit le tiers du pourcentage avancé par M. Piccinin. "

Et de se demander :

  " Sur quoi se fondent donc les assertions de M. Piccinin ? Ce dernier a bien évidemment pu rencontrer des Turkmènes durant son séjour syrien. En revanche, il est impensable qu’il ait découvert, en l’espace de treize jours, un phénomène ethnique massif qui aurait échappé à des générations de démographes, géographes, linguistes, sociologues, anthropologues ou encore historiens. "

Ce n’est là qu’un exemple des nombreuses fautes factuelles . Il serait, de toute façon,  trop long et fastidieux de passer en revue les incohérences et autres stupidités qui ponctuent les propos de M. Piccinin.
Comment, dès lors, accorder la moindre pertinence aux convictions et clés de lecture de M. Piccinin et, conséquemment, à son analyse de la crise syrienne?

Plus que jamais, savoir se taire est une (rare) vertu

Au risque de nous répéter, il ne suffit pas de séjourner quelques temps dans un pays pour prétendre comprendre  toutes les complexités qui le structurent. Les voyages en Syrie devraient être accompagnés de la modestie nécessaire à une saine compréhension des réalités du terrain, plutôt que de partir avec de forts biais qui ne manqueront pas d’entacher la justesse des propos rapportés.
Il est dès lors navrant de lire de la part de M. Piccinin :

"J’invite M. Pierret, avant de critiquer une étude de terrain, à lui-même prendre les risques de s’y rendre et à s’informer correctement."

Cet argument à la BHL, déjà dénoncé chez d’autres (lien), ne peut, de toute façon, pas faire le poids face aux témoignages, nombreux, de syriens qui connaissent bien la Syrie pour y vivre, surtout lorsqu’ils ont fait partie du régime syrien (voir par exemple : lien , lien et lien).

Avec une ignorance de la société syrienne doublée de biais de lecture qui, au final,  ne servent qu’à blanchir le régime syrien, il est plus qu’urgent pour M. Piccinin de revoir ce qui guide sa lecture des évènements. En attendant, il devrait se taire.

About these ads
Cette entrée, publiée dans Contre propagande, Relais du régime, Thèse du régime, est taguée , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien.

14 réponses à L’ignorance flagrante de M. Piccinin, ou pourquoi il est parfois préférable de se taire.

  1. Syrian Rebirth dit :

    Excellent article. Je suis toujours impressionné par la rigueur que vous vous mettez et qui permet de mettre tout le monde d’accord ! Continuez !

  2. Rappel/info pour les autres dit :

    Ce type est un spécialiste. Il s’était déjà fait remarqué à propos de la Libye. Ses sornettes trouvent bien évidemment leur place sur le site d’un autre habitué : le dénommé Collon.

    http://anonymouse.org/cgi-bin/anon-www.cgi/http://www.michelcollon.info/_Pierre-Piccinin_.html

    Et sur le non moins fumeux Legrandsoir

    legrandsoir.info/Libye-les-manipulations-de-la-gouvernance.html

  3. Pingback: Les désinformateurs au service des régimes de Bachar Al Assad et Ahmadinejad le cas Pierre Piccinin | Soliranparis Blog

  4. soliranparis dit :

    Si vous vous taisiez un peu Moadab

  5. CCs dit :

    Donc, si je comprends bien votre démarche sur ce site,
    des infos comme celle ci sont juste des mensonges?
    http://www.sana.sy/fra/338/2012/03/11/405382.htm

    • syrieux dit :

      Je viens de me rendre compte que je nous vous avait pas répondu, désolé donc pour le retard!

      La démarche de ce site est double : sensibiliser à la révolution syrienne, et répondre à la propagande du régime (avouons que sans propagande, une révolution n’en est pas totalement une, nous acceptons donc le défi!)

      Pour le second point, nous disons que le régime cherche à salir la démarche des révolutionnaires. J’y reviendrais plus en profondeur dans un prochain article (avec vidéo).

      Ceci étant, il n’est pas question pour nous de mentir et de passer outre les enjeux politiques et la complexité de la situation sur le terrain.

      Maintenant, pour répondre spécifiquement à votre question :
      Dans le lien, il y a deux infos, je vais les traiter à part, pour plus de clarté :

      1- Pour Gheyath Taïfour, et d’après les retours que nous avons, il a bien été tué par l’Armée Libre de Syrie ( défectionnaires qui ont refusé de suivre les ordres de répression, en grande majorité), parce qu’il prenait part à la répression. Il aurait été directement impliqué dans le meurtres de syriens anti-régime. Toujours d’après mes contacts, cela fait débat au sein des révolutionnaires, qui ne veulent pas qu’on tue quelqu’un sans jugement préalable et ils ont demandé des clarifications à l’Armée Libre de Syrie. Si j’ai des nouvelles, et si cela vous intéresse, je peux vous tenir au courant.

      2- Pour la Baathiste enlevé, je n’ai pas réussi à avoir des informations sur lui. l’ALS n’a fait aucune déclaration là dessus. Qui l’a enlevé et pourquoi, je n’ai aucune info.

      Les informations de Sana sont soit des mensonges complets (le régime tue, et fait porter la responsabilité sur les révolutionnaires), soit des demi-mensonges (l’ALS enlève ou attaque des chabihas parceque ces derniers s’en prennent aux manifestants), ou bien des informations invérifiables et infondées.

      Cordialement

  6. Pingback: Propagandistes étrangers invités par les dictatures « contresubversion

  7. Pingback: Lettre aux zélateurs du régime des Al-Assad -Cetri | Soliranparis Blog

  8. Pingback: Mars 2012 Vidéo capture de mercenaires Iraniens par les insurgés Syriens | Soliranparis Blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s